Il y a 75 ans, l'avertisseur à trois notes

Communication du 27.07.1999

Juste avant la saison d'été 1924, les cars postaux des lignes des postes alpines furent équipés de l'avertisseur à trois notes bien connu de tous. Ce n'est pas le caractère romantique du cor postal qui est à l'origine de l'introduction de cette mélodie très appréciée des petits et des grands, mais des exigences en matière de sécurité.

Un signal d'avertissement sur les routes de montagne

Au début des années 20, lorsque les cars postaux commencèrent à circuler sur les routes des Alpes, la direction des postes se trouva très souvent confrontée à des accrochages débouchant sur des tôles froissées. La présence croissante d'automobilistes conduisant des véhicules privés entraînait ainsi de nombreuses collisions. Malgré les nombreux efforts déployés pour améliorer la signalisation et l'information des automobilistes, l'obligation faite aux cars postaux de croiser côté montagne sur les routes alpestres, introduite en 1922, dut être abrogée en 1953 après avoir été à l'origine de nombreux problèmes. On avait déjà tenté d'y remédier en introduisant le fameux avertisseur à trois tons. De nos jours, le signal d'avertissement est utilisé en application de la prescription de service suivante: "Il convient d'utiliser l'avertisseur à trois notes sur les routes de montagne et d'autres voies présentant des difficultés. Il est interdit de l'utiliser dans les localités".

Le parrainage de Guillaume Tell

A l'époque des diligences postales, les postillons soufflaient dans le cor postal et envoyaient des signaux reconnaissables de loin, chaque son ayant une signification différente. Ces mélodies étaient très appréciées et devinrent aussi populaires que les sons des cors des Alpes. Aujourd'hui, pour le plus grand plaisir des personnes éprises de romantisme, le bon vieux cor postal survit sous la forme d'un avertisseur moderne à trois notes. Sa tonalité captivante ravit les voyageurs sur les routes de montagne et il n'est pas rare qu'une " mamie " demande à un chauffeur de car postal de faire retentir les trois notes magiques pour ses petits-enfants. Ce motif musical extrêmement populaire qui se retient facilement est tiré de l'andante de l'ouverture du " Guillaume Tell " de Rossini et se compose de trois notes do-mi-la, en la majeur.

Le symbole du service postal des voyageurs

Le signal acoustique, et plus précisément le cor postal dont émanaient à l'origine les notes bien connues, prit aussi une forme graphique et orna dès leurs débuts les véhicules jaunes. En tant que symbole du service postal des voyageurs, le cor postal refléta les changements d'époque. Il décora ainsi sous diverses formes les cars postaux jaunes, s'adaptant par son graphisme moderne aux différentes époques. Avec la réorganisation du service des cars postaux qui s'équipa en 1995 pour affronter la concurrence dans les transports publics, le cor postal vécut une renaissance sans égal. Représenté de manière dynamique, dans de grandes dimensions, ce symbole indissociable de Car postal orne aujourd'hui les véhicules du plus grand parc automobile de Suisse.