REMA - Cantons et communes se prononcent sur les variantes

Communication du 27.02.2003

Un grand nombre des cantons et communes concernés par la réorganisation des centres de tri de lettres (REMA) ont examiné les variantes proposées par La Poste Suisse et présenté leurs prises de position. S'ils émettent des avis divergents sur les différents sites et variantes, ils reconnaissent néanmoins généralement la nécessité de disposer d'une Poste performante et compétitive. La Poste répondra aux prises de position présentées et intégrera les arguments avancés dans les études en cours, dans la mesure du possible. Le Conseil d'administration de la Poste devrait rendre sa décision définitive sur le projet REMA fin mai, après examen de tous les faits et avis enregistrés.

En janvier dernier, la Poste a, conjointement avec les syndicats, proposé de nouvelles variantes pour la refonte des centres courrier (REMA). Nombreux sont les cantons et communes des sites concernés à avoir donné leur avis sur les solutions présentées. Le dénominateur commun de ces réactions est la compréhension manifestée à l'égard de la situation de la Poste, qui est obligée de relever les nouveaux défis du marché et des avancées en matière de technologie. Pour ce qui est des sites et des variantes, les préférences sont très variées. La Poste répondra aux prises de position présentées et aux questions posées. Les arguments avancés seront pris en compte dans la suite des travaux, pour autant que cela soit possible.

Trois variantes comme base de discussion

Les variantes soumises en janvier comme base de discussion sont les suivantes. La première prévoit trois centres et trois centres secondaires (centres à Fribourg Ouest, Langenthal/Aarau et dans la région de Zurich, centres secondaires dans les régions de Genève, de Bâle et au Tessin). La deuxième solution comprend trois centres et six centres secondaires (avec, en plus des sites déjà mentionnés, des centres secondaires dans les régions de Berne, Lucerne et St-Gall). Quant à la troisième variante, elle prévoit cinq centres (dans les régions de Lausanne Nord, Berne, Langenthal/Aarau, Zurich Ouest et Wil/St-Gall) et quatre centres secondaires (dans les régions de Genève, Bâle et Lucerne ainsi qu'au Tessin). Toutes les alternatives envisagées intègrent plus largement à la réflexion des considérations de politique du personnel et de politique régionale.